breizh ford

Ce forum est consacré au Ford ancienne telle que la Capri, Taunus, Granada, Mustang, Fiesta et autre.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Porky, attelage racing

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

1 Porky, attelage racing le Ven 29 Oct - 8:47

Sixtyfrogs

avatar
Bonjour à tous

Pascal a créé une rubrique Transit et je l’en remercie.
Ce qui me permet de vous présenter mon cher Porky à sa place sans perturber les autres sujets.

Il s’agit d’un Transit MK1 de 1973, FT 150, fourgon long, roues jumelées.
Comme toujours avec mes autos, sinon ce ne serait plus rigolo, ce fourgon se joue quelque peu de la pièce d’origine.

Ici, il est posé sur la remorque qui l’a rapatrié depuis son Lot et Garonne natal et c’est ce jour que je l’ai découvert car je l’ai acheté sur photos avec des allers-retours de mails pour finaliser sa description avec le vendeur.




L’intérieur est quasiment stock à part le dirigeoir qui vient d’un MK3 et la banquette qui s’est transformée en siège unique, remarquez la position du levier de vitesse, très en arrière, conséquence du montage d’une boîte 5 …




Le berlingot est un Pinto 2.0l avec un Weber double corps et un échappement 4-2-1 de provenance Capri peut-être, ce moteur est daté de 1987 et je ne connais pas encore le son de sa voix car il n’a pas daigné craquer en ma présence alors que le camion est monté par ses propres moyens sur la remorque, dès que je reçois les pièces commandées (ce week-end, normalement) je vais sérieusement le mettre au défit, on ne va pas se laisser faire par un gamin de 37 ans tout de même …



La boite 5, origine Sierra, semble t’il a nécessité la fabrication d’une traverse spéciale ainsi que le raccourcissement de l’arbre, travail soigneusement réalisé d’ailleurs.






Quant à l’intérieur, on aime ou on n’aime pas, moi je ne suis pas fan, c’est un semblant de CC avec gazinière, évier et couchage …
L’aménagement prévu devrait être un peu moins kitsch et comporter une partie « atelier » car ce camion est destiné à tracter une remorque sur laquelle voyageront mes Anglia.
Mon rêve d’attelage racing prend enfin corps …



Les prochaines news devraient relater la remise en route, enfin, j’espère !!!







2 Re: Porky, attelage racing le Ven 29 Oct - 12:44

leuenberger

avatar
Salut Patrick,

Au vue des modifications apportées, et vu l'utilisation que tu en souhaite faire, je suppose que tu va garder les modif de boîte et sans doute en augmenter le volume du moteur Question

Pour ma part à l'époque sur un 1700 en V4, d'un ami, on lui à mis un petit 2.3 en V6, et là, pour le tractage des remorques, c'est devenu de la rigolade..........
Laughing


_________________


A bon Entendeur....... Arrow

Jean-Pierre
Blog Capri
http://retraite26.skyrock.com/
http://www.retraite26.skyrock.com

3 Re: Porky, attelage racing le Ven 29 Oct - 15:11

Admin

avatar
Admin
C'est normale Patrick vu que cela se développe on crée les rubriques au fur et à mesure que l'on en à besoin .

Une chose est sur tes pas près de chômé avec toute tes restos .


_________________
Blog de ma Capri cliqué ici.

http://stelite35.skyrock.com/
http://breizhford.pro-forum.fr

4 Re: Porky, attelage racing le Ven 29 Oct - 15:27

chimene

avatar
tien toi qui vien en cote d armor défoie a plerin tu a un transit pour piece chez vendenckerchov voici une photo

5 Re: Porky, attelage racing le Ven 29 Oct - 15:57

Sixtyfrogs

avatar
Merci de l’info, Chimène, je viens en fin d’année voir me fille, j’irai donc y faire un tour.
La porte à glissière m’intéresse, dommage qu’à l’arrière ce soit un hayon car mes portes sont complètement pourries et j’en cherche une paire.
J’en ai trouvé en britonnerie mais des neuves et elles sont plus chères que le camion …
Si quelqu’un a ça en stock, je suis preneur.

Tu sais ce qu'il y a d'intéressant sur ce fourgon ???

6 Re: Porky, attelage racing le Ven 29 Oct - 17:35

chimene

avatar
oui je saie !!!!! les optiques av le compteur les pare chocs la porte latéral conducteur la porte passager et la porte de coté l atéral le reste siege banquette pare brise et les vitrages face av et capot sont deja partie voila pour l info Very Happy

7 Re: Porky, attelage racing le Ven 29 Oct - 18:41

GLOR

avatar
et il y aurait trop de modif à monter un hayon à la place des 2 battantes?

pour faire comme ça:
http://fighters.forumactif.com/ford-f101/1-24-ford-transit-remorque-caisses-t1913.htm
gain de place sur circuit et possibilité d'avancer la voiture plus prets du coffre Wink

http://glorfiestars.canalblog.com/

8 Re: Porky, attelage racing le Dim 31 Oct - 20:24

Fiesta mk1 fordever

avatar
Et bien dit donc tu as du travail jusqu'en 2030 affraid .
Ouaip par contre là il faut que tu le gardes avec les modifs déjà effectuées comme dit plus haut .

9 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 9:56

Sixtyfrogs

avatar


Comme indiqué dans mon post Mirabielle, je l’ai un peu laissée de côté pour attaquer mon super fourgon, tracteur de l’attelage prévu pour tirer une de mes Anglia racing …
Je vais donc, si vous le voulez bien, vous faire le récit des différentes étapes de sa reconstruction.
C’est le premier véhicule de mon harem que j’ai vraiment attaqué.


Février 2010

Porky, c’est le petit dernier de la famille « Sixty's frogs team »


Bon, un morceau de l’attelage va bientôt faire partie de la famille.
Un peu camping-car à cette heure, aménagement sommaire et que je pense finaliser un peu plus tard.
En fait, cet opportunité est plus une prévision par rapport à la réaction de ma femme avec mes bagnoles qui roulent pas, elle va finir par me virer, du coup avec Porky, je ne serai pas à la rue …







Une petite photo de le cabine.
D’après les spécialistes, le volant provient d’un MK2 et les sièges sont une adaptation, donc, pour ce qui est de l’origine, je repasserai encore une fois.
A tel point que je me demande si une seule Ford est vraiment restée en configuration d’époque !!!
Quelques points de corrosion, le contraire serait étonnant pour un camion datant de 1973, sinon, état général plutôt pas mal et surtout (à mes yeux) un look d’enfer, manque juste le vrai nez de cochon du diesel, mais ça peut se transformer sans être définitif, c’est d’ailleurs dans mes projets, j’adore cette face de cochonou rigolard …
J’attends confirmation du vendeur au sujet du moteur dont je ne connais pas la provenance à ce jour, je penche pour un Sierra, à voir, quant à la boîte, c’est une 5 vitesse ce qui n’est pas très normal non plus, au moins pour la période, affaire à suivre donc !!!
Mais ce n’est pas grave et c’est vraiment le cadet de mes soucis.
Information importante et juste retour des choses, ce camion servait au propriétaire précédent pour tracter une remorque avec une Xr3i de course, destination finale pour moi également mais avec sur la remorque une auto un peu plus ancienne mais tout aussi glorieuse …
Comme quoi, on se bonifie avec le temps et si ça se trouve pour ma prochaine acquisition, il me suffira de tourner la clef !!!







Le 6 août 2010

7 h 31 tapantes, coup de sonnette de la petite cigogne :
- J’ai un gros et beau bébé qui cherche sa nouvelle maison, c’est ici ???
- Oui, c’est bien là, on l’attend avec le biberon bien frais …


Et oui, il est là le beau Porky, fidèle à ce que j’attendais, pas déçu de cette première rencontre, car bien sur, soyons fous, je ne l’avais jamais vu en live.
Il est tel que je l’ai imaginé depuis quelques mois, pas vraiment tombé avec la dernière rosée mais plutôt fringant tout de même, quelques traces de corrosion bien sur mais pas vraiment de perforation.
Bon, il est vrai qu’il ya un peu de turbin pour le remettre en état concours mais rien de vraiment dramatique ni d’insurmontable.
Oui, vraiment il correspond exactement à ce que j’attendais.
Je ne vous dis pas ma joie, je suis vraiment comme le gamin à qui on présente son premier hochet !!!












Pour information, le voyage ne s’est pas passé sans souci pour le transporteur, il avait chargé le fourgon dans le bon sens, nez vers l’avant, mais après quelques kilomètres la remorque tanguait dangereusement à cause du porte à faux du à la longueur du camion.
Il a du s’arrêter sur une aire et avec l’aide de routiers sympas, il ont inversé le chargement, résultat des courses, je n’ai jamais vu autant de moustiques écrasés sur des vitres arrières !!!
Ce qui m’a fait dire, avant que je sache qu’il avait changé de sens, que ce camion devait rouler du feu de Dieu en marche arrière !!!





Plutôt rare sur ce genre de cam, un mano de pression d’huile et un voltmètre …
Il est vrai que ce véhicule a été transformé par un pilote de course de côte, ceci expliquant peut-être cela ???






Tout bon motard vert se reconnaitra ici, c’est en effet un câble d’embrayage de Ktm qui sert à gaver le double corps …




Ah bon, alors c’est ça un Pinto …







Ravi d’apprendre que contrairement à son nouveau propriétaire, Porky a un cerveau (frein) c’est mon épouse qui dit ça depuis qu’elle connait l’existence de ce fourgon …





En plus, je ne sais pas encore s’ils sont aussi gonflés que la vraie, mais ce sont de véritables Marylin qui amortissent …





Celui qui cache la forêt.
Il a été sectionné, ressoudé pour « s’accoupler » avec la boîte 5



A ce sujet, le levier se trouve maintenant entre les deux sièges, reculé de 40 cm environ par rapport à l’origine, et la banquette deux places est à exclure.
Pas grave, j’ai pas d’amis !!!





Un des petits détails, entre autres, à régler, le câble de compteur a des idées d’indépendance.
Le montage de la boîte 5 ne doit pas être étranger à ce débranchement.
Faudra remédier parce qu’avec 6 points et les bourrins de ce berlingot de folie, je ne vais pas le conduire longtemps …





Eh, les gars, quatre-deux-un tout de même, c’est t’y pas beau ça madame ???





Alors, dans les pièces estampillées PAS Ford, une traverse de boîte, une …




Le compte est bon, trois lames à l’arrière.
A croire que la production des Transit devait être faite en Ecosse, du coup au lieu d’en mettre cinq comme sur les Grenouilles, y ont fait des économies.
En 73, la ferraille avait du beaucoup augmenter …





Remarquez ici l’intervention du plombier du quartier et son œuvre, un levier un peu torturé mais entièrement fait main …
Et le pommeau directement exporté du green et siglé Tiger, si c’est pas classe, ça !!!






Normal pour un gamin de trente sept ans d’avoir de l’acné ???
Pas sur !!!
Va falloir faire des compresses d’Eau Précieuse pour guérir tout ça …






Va falloir que je fasse le voyage jusqu’à Calais pour trouver le même motif dentelé que les portes arrières.
Allez, on ne mégotte pas, va falloir les changer, c’est vraiment amorti, je pense que ne vais pas faire fortune en les mettant aux enchères celles-là …



Bizarrement, le dessous du camion est plutôt en bon état, rouillé certes mais pas de pourriture, un bon coup de grattage et une pulvérisation de protection et basta.



Il faut que je trouve des portes arrière qui sont identiques sur MK1 ou MK2 car elles sont vraiment en dentelle et quasiment irrécupérables, je pars en chasse dès maintenant.
Tous les caoutchoucs sont rétamés ou presque, je vais également changer les sièges qui sont fatigués, la chose est facilité par le fait que je n’en ai besoin que de deux puisque la banquette est supprimée à cause du levier de vitesse.
Il y a bien une Ford dans la gamme qui pourra me fournir ces fauteuils, pourquoi pas une Capri d’ailleurs ?
De même, les garnitures de portes seront refaites ou achetées.



Quand à l’intérieur de la caisse (aménagée CC sommairement) il sera restauré au plus simple.







Les premiers travaux, en septembre 2010

Je ne sais pas quel est le c*n qui a inventé les carburants bios mais si je le tenais, il passerait un sale quart d’heure …
Le problème avec ces ersatz d’essence, c’est que si on ne va pas à la bonne pompe chez le bon pétrolier, on prend des sacrés risques.
Il existe différents stades de raffinage et malheureusement Porky a eu la malchance de faire le plein chez un bricolo qui n’a pas tout compris au niveau des filtres et surement tellement pressé de faire du bénéfice qu’il a zappé quasiment toutes les étapes du raffinage …
Preuve en est sur ces images, le fourgon n’a pas voulu démarrer, vérification de l’allumage, étincelle aux bougies, OK, arrivée et sortie d’essence à la pompe, OK !!!
Reste à vérifier le carbu, déjà enlever l’espèce de boîte à air bizarre, et là, stuppeur, horreur, malédiction que vois-je ???
Des intrus au niveau des papillons, une chose jaune et informe …
Analyse de l’objet, je penche pour un petit caillou, mais impossible de l’enlever, kasslanntienn, je démonte le poumon et là, la surprise est encore plus forte …














C’est du maïs, en grain de chez Legrandvert direct, et pas qu’un peu, huit bons et gros grains, comme pour les salades composées de chez Ronald !!!
Moralité, ne changez pas de pompe pour jouer aux écolos, c’est pas au point !!!












Et comme la journée n’est pas bonne, la scoumoune continue, les bougies sont soudées au bloc par la rouille, et ce qui devait arriver, arrive, j’en ai cassé une, pas grave, juste la porcelaine, mais bon, j’en ai pas, donc je suis bloqué pour aujourd’hui.


10 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 10:07

Sixtyfrogs

avatar


Un petit travail en attendant de recevoir le kit de révision du carbu, un peu de nettoyage permettant également de voir si tout fonctionne correctement.

Trempage dans de l’essence et frottage au pinceau et à la brosse tendre :





Nettoyage de tous les « gicleurs » et autres conduits :





Les joints bons à changer, avant démontage, il me semble qu’ils étaient en état correct :






Autre vérification, ce sont bien des disques ventilés qui sont montés sur le fourgon et les étriers sont des quatre pistons :






Va falloir y aller avec la brosse sans mollir, c’est pas mal rouillé, tout ça :





Février 2011

Pire qu’une déesse indienne, je me sers de mes multiples bras pour sauter allègrement de Mirabielle à Porky.
Et en remontant mon carbu, les joints changés le méritaient bien, pas falloir tarder à les revendre si je ne veux pas perdre dessus …




Et comme souvent, on se retrouve avec plus de pièces qu’avant le démontage, entre autre, j’ai cette valve qui ne va nulle part :



En fait, la valve trouverait bien sa place au bout de la flèche jaune, le problème étant qu’au démontage, je n’ai rien enlevé à cet endroit.
Qui peut me dire si mon carbu est complet ou s’il me manque une pièce à l’insu de mon plein gré ???



Bon, ça c’est fait …






Y-a plus qu’à mettre des piles et de tourner la clé …

Il a presque craqué, hé oui, presque, mais en fait avec une batterie chargée à bloc, il a failli dire oui à un bémol près.

J’ai du merder un peu au moment de la réfection du carbu, il refoule à mort, ça pisse de la benzine de partout, enfin non, pas partout mais surtout en haut, visible sur les images ci-dessous.
Qui pourra me sortir de cette Bérézina ???


Ici, coup de démarreur, en insistant, il a quasiment craqué, tout semble normal :


Là, avec l’aide de mon assistante (merci Maman) qui actionne le démarreur, je regarde de plus près ce qui se passe et ça refoule un max sur cette partie indiquée par les flèches jaunes :




Pour résumer, vous pouvez m’appeler nul, sot, nigaud, dadais, benêt, bête, voire carrément CON, ben oui, quoi, faut vraiment pas être très doué pour faire une bourde pareille …
Au moins, je vais me coucher beaucoup plus intelligent ce soir qu’en me levant ce matin …

Eh oui, on en apprend tous les jours et je viens de faire une découverte qui peut changer la face du monde …



























Dans un carburateur, le flotteur a un sens et comme dit plus haut, je suis con comme un balai, je l’ai remonté à l’envers, ce qui fait que la cuve se rempli sans discontinuer et ça déborde pire que le Rhône en crue !!!
Donc, démontage, inversion, remontage, coup de clé et …………………


Vroumm vroummm, fit la bête !!!!!!!!!!
Il ronronne comme un chaton, et du coup, moi, je suis gai comme un pinson.
En discutant quelques minutes avec un pote, il vient de me le confirmer, 20 % de mon parc tourne.

L’instant de vérité, oui, ça tourne



Demi-tour, droite, après quelques mètres, en place pour un prochain départ


La pression d’huile est correcte, le voltmètre fonctionne, par contre je ne l’ai pas laissé tourner assez longtemps pour vérifier la montée en température, prochaine étape, vidange de tous les fluides …




Mars 2011

Hier au soir, rapatriement de Porky à la maison, formalité réalisée avec un copain.

Formalité, oui et non, parce que pour faire les quatre cent mètres entre son dernier parking et la maison, il m’a fait trois fois le coup de la panne !!!

La première, il s’arrête, avec les symptômes du manque d’essence, ni une ni deux, un coup de bagnole vers la plus proche station, achat d’un bidon et le plein qui va avec, retour et remplissage et ça repart …

Pour cinquante mètres, même motif, même punition !!!
Un peu de jugeote et je réagis, en remontant le carbu quand je l’ai révisé, j’ai omis de remettre le petit ressort qui tient la tige d’accélérateur dans son logement, résultat, elle sort de la fente et le camion n’accélère plus.
Réparation de fortune avec un bout de chatterton qui traine et c’est reparti …

Pour, en gros, trente mètres, là, plus rien, plus de batterie, plus une once de jus, le démarreur qui lance mais sans vraiment envoyer ce qu’il faut.
Heureusement, mon pote a des câbles, le fourgon craque à nouveau et je ne descends pas pour filer le volant à mon copain, je roule vers la maison, il reste cinquante mètres, ça va le faire !!!

En bas de la descente du parking, rebelote, sauf qu’en plus, avec l’étrier avant gauche qui bloque, on arrive à peine à le pousser pour le mettre en place sans gêner les autres locataires …

Allez, demain il fera jour et mon pote a bien mérité son apéro, lui qui devait rester 10 minutes, ça fait une bonne heure qu’il bataille avec moi.


Donc ce matin, inspection des lieux, remise en place de la batterie chargée toute la nuit, et coup de clé, gentil le petit, il craque, ni une ni deux, je manœuvre pour le mettre dans le racoin qui est prévu et après maints calages et redémarrages, enfin il est en place …
Et je pense avoir trouvé la source de ces caprices, en fait l’alternateur qui est dessus comporte une flèche d’indication de rotation et je constate qu’il tourne dans le mauvais sens, j’en ai un en stock qui parait convenir, substitution de l’objet du délit, et il semblerait que ça colle.
Je l’ai laissé tourner un bon bout de temps et plus un souci, j’ai même des clignotants, du chauffage, enfin pleins de trucs que je croyais en rideau.
Je pense que l’ancien proprio a eut des soucis de charge sans vraiment trouver la cause, et il a décidé de s’en séparer …
Donc, j’ai attaqué le démontage de la face avant pour changer la pompe à eau, la distribution et un peu de nettoyage pour y voir plus clair.
C’est pas vraiment compliqué et si le reste se passe comme cet après-midi, j’ai le moral au beau fixe parce que tout se démonte plutôt facilement.
Affaire à suivre …











Au cours de la mise en route du fourgon, ce samedi, je l’ai laissé tourner un bon bout de temps, au ralenti et ensuite en accélérant pas mal et une chose me préoccupe un peu, c’est le ventilateur électrique …
A aucun moment il ne s’est mis en route, je veux bien penser qu’il ne faisait pas très chaud mais quand même, de plus, l’aiguille du manomètre de température au tableau ne bouge pas d’un yota, mais je n’ai pas vérifié si elle était en état, je pense que le tableau est correct car tous les voyants et autres indicateurs, voltmètre, jauge essence, etc. fonctionnent normalement.
J’ai testé ce moteur de ventilo en direct en mettant du jus sur les cosses et il fonctionne très bien, j’en déduis donc que l’alimentation n’est pas correcte et là, j’ai des doutes, il est normalement alimenté par un émetteur qui est positionné sur le radiateur et dont les fils passent par un relais à 5 plots.
Je me pose plusieurs questions, quelle est la fonction de ce relais et comment tester son bon fonctionnement, d’autre part, ne serait-il pas plus simple d’alimenter ce ventilo en permanence ???
Autre interrogation sur l’émetteur, y-a-t-il un sens de branchement entre les deux cosses ou bien ça n’a pas d’importance ???

Encore un détail qui me revient, au sujet de l’alternateur, à vue de nez, mais je le vérifierai, les trois poulies ne semblent pas vraiment dans le prolongement l’une de l’autre, bien entendu, celle de la pompe à eau et celle du vilebrequin sont en face, sinon, ce serait très grave, hein docteur, par contre celle de l’alternateur semble un peu plus avancée, constat effectué sur les deux génératrices que j’ai interverties pour faire mes tests, bizarre, non ???

Ce samedi, grand travaux sur Porky, en ligne de mire, inspection des freins avant pour voir ce qui se passe vraiment au sujet du blocage.

Pour commencer, j’y laisse une clé à rallonge, un écrou bloqué plus que les autres, coup de chauffe au soudogaz, il ne résiste pas à la flamme, enfin, mais ça a été laborieux, j’imagine la galère avec une crevaison sur la route, sans le chalumeau ni le tube d’un mètre cinquante au bout de la clé …

Et là, c’est la surprise du chef, pas à dire, il va falloir faire un peu de ménage parce que c’est pas très ragoutant, tout ça.


Dans le cadre des invités spéciaux, après le maïs du carbu, les restes d’un voyage en Bourgogne, surement :


Constatation comme supposé, ce sont des étriers quatre pistons, deux fois plus de chance au niveau du blocage …


Démontage du moyeu, pas de difficulté particulière, tout se dévisse sans souci, par contre c’est bien rouillé tout ça …




C’est bien cracra derrière, amalgame de graisse et de boue séchée, ça a vécu, quoi !!!



Bon, c’est pas le tout, il faut mettre cet ensemble en pièces détachées, pas facile, le disque et la flasque sont quasiment soudés par la rouille, reste qu’une solution, la massette et un peu de juron de bucheron pour se motiver, on va pas se laisser em*****er par un bout de ferraille, non ???






Avec le Transit, pas besoin de mig ou de tig pour souder les plaquettes aux cylindres, quelques années et ça tient bien …


Je ne me sens pas le courage de remettre ça d’aplomb, on va vite passer par un échange standard …


Vu l’état plutôt sale et un peu rouillé, ni une ni deux, j’ai nettoyé tout ça, avec démontage de la barre de direction pour lui mettre un bon coup de propre avant une petite couche de peinture …






Grattage du porte fusée, une bonne couche de caca …






Comme dans pas mal de régions, la Lorraine est passée au tout numérique, donc exit le râteau, bonjour le câble, résultat il faut se séparer de l’antenne …






Un peu de sérieux, en fait j’ai démonté complètement le train avant pour parfaire le nettoyage et repeindre l’ensemble, cette fois-ci, pas de surprise, tout se dévisse normalement, pas de pas bizarres …






L’amalgame de boue, terre, huile, graisse habituel, mais tout ça s’en va assez facilement en raclant d’abord et en fignolant à la brosse métallique.












Un collègue d’un autre forum abandonne son projet de restauration d’un MK1 plateau, du coup j’ai récupéré quelques pièces neuves, dont les disques, c’est clair que c’est plus clean qu’avant :








Et le montage s’effectue sans aucune difficulté, on pourrait presque penser que c’est prévu …
De toute façon, si je m’en lasse sur le camion, je pourrai toujours en faire une table de salon …



11 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 10:12

leuenberger

avatar
Je te souhaite bien du courage avec "Porky", je pense qu'avec un carburant normal, pas du bioéthanol, tel que maïs, il devrais fonctionner bien mieux...

Courage tu va y arriver, je le sais... Very Happy


_________________


A bon Entendeur....... Arrow

Jean-Pierre
Blog Capri
http://retraite26.skyrock.com/
http://www.retraite26.skyrock.com

12 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 10:14

Sixtyfrogs

avatar


Avril 2011


Mon copain n’a pas failli et j’ai bien reçu les plaques pour avoir un sol un peu plus sur …




Un test pour s’assurer que la chèvre va pouvoir remplir son office, tout va bien, alors, au boulot …




Bien entendu, la semaine dernière, j’avais pris soin de désaccoupler tous les périphériques, fils, durits, etc. en prenant soin de tout repérer en collant des étiquettes sur tous les éléments, on ne sait jamais, la mémoire peut faillir, quelquefois !!!
Il faut commencer par enlever le levier de vitesse, depuis l’intérieur du camion, trois vis et puis s’en va …






Ensuite, désaccouplement de l’arbre, sur le pont et sur le support au milieu du plancher …







Maintenant, démonter la traverse de boîte, en la soulageant avec une chandelle …




En soulageant le moteur avec la potence, démontage des supports moteur et il devrait sortir …





Pas de souci, le berlingot se sent des ailes et il veut bien aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte …












Une fleur parmi les fleurs …





La croisière se déroule sans aucun trou d’air ni remous, voyage sans histoire …




Et l’atterrissage, en douceur, température au sol, 16 degrés, vent quasi nul, bienvenue dans le monde de la réfection …





Bon, c’est pas le tout d’amuser la galerie, faut que j’y retourne, va pas se nettoyer tout seul ce berlingot …


Le moulin est arrivé à bon port dans l’atelier, pas de souci pour trouver le bon taxi …





Le dur moment de la séparation, ou l’art de faire des petits morceaux …







Enlèvement de l’admission et ouverture du cache culbuteurs pour voir ce qui s’y est passé depuis quelques années …




Il semble que l’arbre à cames n’ai pas été lubrifié partout avec les mêmes filets d’huile, certaines cames sont un peu oxydées …






C’est bien caca, tout ça, mixture peu ragoutante, va falloir nettoyer …










Après avoir bataillé pas mal avec les vis de culasse à tête thorx, la culasse est décollée, j’ai eu pas mal de chance sur ce coup-là, j’ai qu’un embout de cette série et c’est le bon, ouf !!!!








La pompe à eau, pas vraiment de première jeunesse mais en meilleur état que je pensais, à changer tout de même …





En fait, la mauvaise surprise, elle est sur le troisième cylindre, il est rayé, on dirait que le moteur était serré et qu’au moment de se décoincer, il en a gardé les stigmates …







Les autres sont assez corrects, je ne sais pas ce que je vais faire, et la question est : est-ce qu’on peut chemiser ou faut-il réaléser ???



Autre question,je ne sais plus sur quel forum j’ai lu qu’il fallait systématiquement changer la rampe de lubrification de l’arbre à cames, c’est une pièce assez fragile, à commander, avec d’autres bricoles.





Allez, on arrête de plaisanter, j’attaque la réfection du berlingot, haut et bas, moteur neuf, quoi.
Je ne l’ai encore jamais fait, on verra bien …

Dépose des poulies, vilebrequin et allumeur-pompe essence …




Ensuite, embrayage et volant moteur …







Enlèvement du carter, le joint est collé avec de la colle qui tient bien, c’est le moins qu’on puisse dire, il m’a résisté un certain temps, mais je l’ai eu quand même …







Petit nettoyage, pas trop sale, c’est pas neuf mais ça va y ressembler …






Le dernier cylindre est bizarre, beaucoup plus calaminé que les autres, la couche sur les soupapes est conséquente, va falloir gratter …





Amer constat, tous les trous d’eau étaient complètement bouchés, dur pour le refroidissement …
Il n’a pas dut apprécier tous les jours, le brave Pinto …






Sinon, j’ai fais un remake de « master chef » aujourd’hui, une recette facile à réaliser …

Une salade de piston …



Assaisonner avec une décoction de joints usagés, servir tiède …




Il faut faire un peu le vide dans tout ça pour honner les cylindres, il va falloir que j’enlève le vilebrequin ??? Ben, ça serait mieux, non ?
Parce que je n’avais pas trop envie d’y toucher, je ne sais pas pourquoi, mais ça ne m’inspire pas cette façon de tout mettre à poil, pourtant, en général, ça ne me fais pas peur, mais ici, j’hésite …
D’un autre côté, je suppose qu’il vaut mieux vider le bloc, pour éviter les intrus dans le circuit de lubrification …





A la question d’un pote qui me prend pour un rigolo, je réponds à sa
réflexion bien franco-française que celle-ci, pourquoi vouloir faire rentrer tout le monde dans une petite case étroite avec une étiquette empêchant d’en sortir ???

Non, je ‘ai pas repéré ces pièces !!!
Je suis un créatif, moi, j’innove …

























Nan, j’déconnnnnnnnnnnn, pas besoin de marquer cet ensemble, c’était déjà fait, soit les britishs sont prévoyants, soit ce moulin n’en est pas à sa première intervention …
Un exemple de ma méthode de repérage, ici, les culbuteurs avec les ressorts de maintient, de plus ils sont numérotés sans trop de logique d’ailleurs, mais il suffit de le noter :




A ce niveau, je suis un peu bloqué, j’ai essayé quelques bricolages avec les moyens du bord pour enlever les soupapes, serre-joints, tournevis avec levier, etc. mais je n’arrive pas à les sortir proprement, y-a plus qu’à investir dans un outil, je vais trouver ça sur la toile, mais va falloir l’attendre …




Pas terrible, la portée des cames, on s’attendrait à plus régulier, non ???




Vu comme ça, c’est Franck qui jubile, la carte bleue va rougir !!!
Franck, c’est ici : PassionAutoFrance, un français établit en Britonnerie qui trouve toutes les pièces possibles pour restaurer toutes les mamys anglaises, un peu de pub en passant, c’est du sérieux, http://passionautofrance.com/

Mais bon, faut ce qu’y faut, on va pas faire des économies de bout de chandelle, faut pas oublier que ça va être mon daily, ce bahut, enfin, si le 98 n’explose pas trop tout de même …



Aujourd’hui, nettoyage, ben oui, faut que ça se fasse, c’est pas le plus plaisant mais c’est incontournable …









La culasse est à peu près propre, un coup de ponceuse à bande pour la surfacer et roule ma poule …








Aujourd’hui je suis rentré assez tôt alors j’ai réceptionné certains outils commandés et je les ai mis en service …

Le système pour comprimer les ressorts de soupape, c’est un truc assez simple mais qui vraiment facilite la vie, sans c’est la galère, avec c’est un plaisir …






Donc, après avoir compressé le ressort, il faut sortir les demi-lunes qui tiennent la soupape en place …






Et c’est magique, ça libère l’ensemble, rondelle, ressort et on peut enlever les joints de queue de soupape …




Le premier n’a pas résisté au tournevis, il est sec comme un coup de trique, cassé net, pas grave, de toute façon il faut impérativement les changer …




Bon, va falloir décalaminer tout ça, c’est pas très clean …




Alors, attention, il n’est pas question de faire une prépa d’enfer avec polissage de conduits, mais un petit coup de Dremel n’a jamais tué personne, hein !!!






Ça commence à prendre tournure …



Maintenant, il faut que j’aille réceptionner une remorque de pièces, des roues, un pont et un tas de bricoles qui viennent d’un projet de camping car qui a été abandonné à cause de longerons pourris, le malheur des uns fait le bonheur des autres …


Donc, hier vers 22 h 30, le père Noël a fait des heures sup et il a déposé quelques bricoles …

Un pont, dont les freins sont neufs, toujours intéressant …




Les cartons sont remplis de pièces de détail, genre interrupteurs, commodo, Neiman, compteur, feux, amortisseurs, etc.






Mais la cerise sur le gâteau, ce sont ces roues, sept pneus neufs ou quasiment, 2000 km maxi …




Et j’en ai profité pour faire rapatrier un compresseur que j’ai depuis un certain temps et qui va me rendre bien des services …



Après avoir rangé tout ça, on continue, démontage du vilebrequin, pas de difficulté particulière, à prime abord, ce moteur n’a jamais été reconditionné …
Les coussinets portent la référence standard








Un coup de mir laine sur les pistons, comme neufs …







Garde à vous, repos, je ne veux pas voir une tête qui dépasse …




On continue dans le nettoyage, la boite maintenant, moins sale que le reste, je suppose que c’est la transformation la plus récente, donc elle n’a pas encore subit les affres du temps …













Allez, une petite photo de la famille décomposée …
Ça prend moins de place quand c’est assemblé, là, c’est tout éparpillé, va falloir bien rassembler tout le monde, un seul absent dans le groupe et c’est la débandade …




Par acquis de conscience, je vais donner à Franck, l’ensemble des références qui apparaissent sur les pièces, normalement avec ces indications il devrait m’envoyer les pièces qui vont bien.
On va suivre cette affaire, c’est un challenge pour lui, s’il m’envoie les mauvaises, je ne manquerai pas de vous en tenir informés et pourquoi pas, de la bâcher un peu, en prétextant qu’on ne peut pas lui faire de commande les yeux fermés.
On va attendre un peu, il est en villégiature pour l’instant …

Sinon, suite des occupations de ce dimanche matin, la casquette qui tourne sur ma tête …

Patricou qui gratte …




















Et Patricou qui rempli les cases en essayant de ne pas dépasser
(pour avoir des bon points, et peut-être des images, qui sait …)








Et Patricou qui assemble, après avoir rassemblé …







On continue …

J’ai fais les frais d’une clé à tuyauter, c’est magique, pas cher et ça marche.
Comme de bien entendu, quand j’ai démonté mes étriers, j’ai ovalisé un boulon de flexible, et comme je voulais démonter le servofrein, je me suis dit, stop, il faut le bon outil, car je ne vais pas passer mon temps à refaire toutes les canalisations uniquement parce que les vis sont arrondies …

Donc, essai concluant, de plus, cet outil est à cliquet, que du bonheur, on referait les freins tous les jours, juste pour le plaisir !!!

Ouvrir le cliquet, insérer :




Fermer le cliquet, desserrer, et hop, dans la poche, génial :








Sinon, le démontage continue, le servofrein et la traverse moteur, tout ça pour donner un bon coup de propre …








En fait, à cet endroit, il ne reste que le boitier de direction, mais, je n’y touche pas, un coup de nettoyage, mais pas de démontage, c’est un peu la galère, alors, j’oublie …






J’ai shooté le bac à batterie, complètement pourri, je vais en refaire un avec des équerres et un bout de tôle …





Et un bon coup d’éponge, après un passage d’essence, le compartiment redevient présentable …







Ce matin, j’avais démarré par le nettoyage de la rampe d’admission et le cache culbuteur, la perceuse et sa brosse métallique a fait son œuvre …












Ce que j’avais oublié de signaler lors de la sortie du berlingot, j’ai rencontré un léger souci, le moteur, posé sur un transpalette a glissé et il est tombé, résultat des courses, un légère beugne sur la cache :




Et comme cette tôle est nervurée, elle résiste, j’ai été contraint de faire un bricolage digne d’un passage au marbre d’une caisse complète, un système de récupération de la bosse au vérin, ou plutôt un bon coup de cric avec des cales entre les murs d’une fenêtre, eh bien, ça marche, il n’est pas neuf mais presque …







Et à un moment, comme j’avais l’éponge en main, je n’ai pas résisté, juste pour rigoler, une aile propre et l’autre dans son jus …






Ce jour-là, travail pénible et pas valorisant du tout …

Grattage et nettoyage du compartiment moteur, dégraissage des certaines pièces bien crades …
Pas beaucoup d’images, c’est pas très photogénique ces choses là …

Enfin un coup de convertisseur de rouille, ça fait tout de suite plus propre :












Histoire de se changer un peu les idées, quelques travaux de coloriage, ça détend un peu après le fastidieux grattage :








13 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 10:20

Sixtyfrogs

avatar


A ce moment là du travail, une opération importante : honner soit qui mal y pense …

Partant de ça :






Aidé de cet engin qui ressemble à un véhicule lunaire :






Ça donne ce résultat, pas mal du tout, c’est sur les chemises ne sont pas neuves, mais ça va largement suffire, avec des bons vieux segments neufs, ça va le faire …







Il faut bien noter que ce n’est pas la version définitive du honnage, depuis, les stries sont en diagonales, travail que j’ai refait sans en faire d’image, il parait que c’est important pour les segments, ça leur permet de ne rencontrer aucune aspérité.
Je suis bon public, alors je suis les conseils des anciens …

En fait, il faut arriver à ce genre de stries, ici sur un autre moteur.
A quelques raies près, j’y suis presque …




Pour information, ce récit peut parraitre un peu décousu, mais en fait, les travaux différent sur le camion sont tributaires du temps, il pleut, on bosse à l’intérieur, il fait beau, on s’extériorise au soleil …
Alors, pour ce samedi, on change de registre, on va faire dans la rénovation de la cabine …

Il faut commencer par en enlever un maximum pour décaper l’ensemble, les sièges, qui vont finir à la déchetterie, remplacés surement par une paire de fauteuils provenant d’une Laguna ou similaire, il parait que c’est ceux qui vont le mieux, affaire à suivre …









Quelques années de poussière, cailloux, terre et surtout des débris de verre, témoins d’un bris de pare-brise et autre coquilles de noisettes.
Depuis le départ, c’est clair, ce camion a vécu à la campagne, entre le maïs du carbu, l’essaim d’abeille de l’aération et les noisettes de la cabine, c’est un vrai condensé de la vie à la ferme …







Pas sur que la ventilation soit très efficace avec toutes ces feuilles dans les gaines …






Ensuite, on passe au dirigeoir et on n’oublie pas de repérer tous les fils, je pensais que le faisceau serait plus simple, en fait, il y a un tas de fils partout, pas sur que tous les accessoires fonctionnent de nouveau, enfin, on verra bien …







Un bon coup de gratte-gratte, avec les découvertes qui ne surprennent qu’à moitié, quelques troutrous dans le plancher, pas trop grave, mais il est temps d’endiguer le mal …







Un bon coup de convertisseur de rouille, première étape avant les grands travaux …












Pendant que ça sèche, démontage de la climatisation, enfin du chauffage plutôt !!!
Pas triste non plus cet appareil, il a servi de logis à pas mal de monde également …




Le radiateur est entouré des restes d’une espèce de mousse d’isolation, complètement sèche et qui part en poussière, je ne vois pas trop l’utilité, isolation thermique, phonique ???











Pas de chance, un radiateur refait à neuf arrivé avec d’autres pièces de Transit ne fait pas la même taille, plus étroit, plus bas, tant pis, je vais détartrer celui qui était en place …






Allez, une petite dernière pour la route, c’est bientôt les soldes d’été, par chez moi, c’est déjà commencé, c’est la valse des étiquettes !!!





Un coup de gratt-gratt sur les tuyaux et un voile de peinture, ça occupe et de toute façon il faut le faire, et puis, il pleut alors, autant travailler au sec.














La veille, un pote est venu faire un petit détour et hop, un peu de ferraille en plus à caser dans les communs, sont contents, les voisins …

Bon, sinon, c’était les promos chez Lapaire, une porte achetée, trois de gratuites, en prime des cloisons de séparation et livraison gratuite …

Encore un peu c’était comme chez Dharti, tu sais le patron qui t’offre le champagne et la patronne qui ……..


Deux niveaux de finition, comme je ne suis pas très courageux, j’ai pris celles prêtes à peindre …







Nous sommes en juin, le 8 exactement, en fait, je suis le secrétaire du Club Capri Passion, et nous organisons un rassemblement national chaque année, Cahors pour 2011, et ça permet de se faire livrer quelques babioles, entre autre …
Donc, j’en connais qui sont revenus de Cahors avec des cartons de six, moi, plus raisonnable, je suis rentré avec le sac plein de petites bricoles livrées en service rapide …

La camionnette de livraison :




Bon, ben maintenant, y-a plus qu’à, hein, facile …






Je ne suis pas sur qu’il fallait les changer ces soupapes, z’étaient pas si moches par rapport aux vieilles …





Bon, là, j’dis pas !!!




Alors, voici un cours magistral de mécanique.

Il s’agit du remontage des soupapes, y compris le rodage.
Il faut s’armer de pâte à roder et d’un rodoir.
Celui-ci est mis au bout d’une perceuse mais on peut aussi le faire à l’ancienne, avec un rodoir à main, par contre la décence m’empêche de vous faire des images de cette technique qui pourrait être mal interprétée …





On met de la pate sur le siège da la culasse, pas trop, ni trop peu, comme les normands, quoi !
Et un peu aussi sur la soupape :






On plaque la ventouse du rodoir sur la soupape et on fait tourner la perceuse quelques secondes, le mouvement du rodoir est excentrique.











Ensuite, c’est le remontage.
On place les joints de queue de soupape :



On place le ressort :



Ensuite la rondelle de maintient



On ressort du tiroir le compresseur de soupape et on comprime :



Ainsi comprimé, on peut mettre en place les deux demi lunes :








Bon, là, j’ai du me gourer quelque part, y-en a une qui rentre pas et l’autre qui est trop au fond. J’aurais du terminer le boulot avant d’aller boire l’apéro …



On continue par la culasse.

Mise en place des nouvelles bagues d’arbre à cames :







Ça rentre comme un pavé dans la gueule d’un flic !!!

On replace les attaches des ressorts de culbuteurs :



Pose des culbuteurs :




Les ressorts eux-mêmes :



En faisant bien attention que le ressort soit dans son logement :




Et voilà, tout beau tout neuf …



Pose de la rampe de graissage, pièce fragile parait-il !!!






Je pense que je n’ai plus qu’à jouer de l’emporte pièce.
De toute façon, certains trous sont quasiment inexistants.
J’aurais su que c’était des planches à découper comme pour les enfants !!!



Ensuite, remontage du vilebrequin.
Tout va bien, les coussinets sont les bons et il tourne correctement, sans dur nulle part.
Merci M. Franck.










Suite des hostilités.
On passe au bas moteur, les pistons ne sont pas changés, juste la segmentation.




Pose des segments racleurs, le ressort en premier ensuite un fin en dessous et un autre au dessus






Pose de l’intermédiaire, je ne connais pas son nom, attention à bien l’orienter, d’une part en respectant l’indication « top » et également en opposant les ruptures. Pour le racleur j’ai disposé ces ruptures au milieu du piston, pour les deux autres, le « coup de feu » en face de l’axe de bielle et l’autre en face de l’axe de bielle opposé.






Pose du segment « coup de feu »




Ensuite, il faut un collier de montage qui entoure les segments en les serrant, permettant de faire rentrer le tout dans les cylindres. Celui dont je me sers à une valeur toute sentimentale, je l’ai depuis 1972, un « cadeau » de mon père qui me l’avait donné au moment où j’ai commencé les modifications de ma Mini …




Il faut amener le palier de vilebrequin correspondant à la bielle à son point haut et il suffit de tapoter sur le piston pour qu’il s’engage dans le cylindre.
J’en connais qui appellent ça « papa-maman » j’ai jamais compris pourquoi …
En tapant le piston, il faut toujours garder le collier bien appliqué contre le plan du moteur car ça peut faire ressort et les segments en profitent pour s’ouvrir et ainsi bloquer la progression.










Il va sans dire qu’avant de placer l’ensemble piston-segment dans le cylindre, j’ai pris soin de changer les coussinets de bielle …






En faisant tourner tout ça à la main, je peux vous dire que c’est bien étanche.





Remontage de la crépine






Remontage de la pompe à eau, neuve









Pose des joints caoutchouc du carter, pas facile à mettre en place, il faut de la patience, quand on a rentré un bout c’est l’autre qui ressort, ça bouffe pas mal d’énergie et après une bordée de jurons, enfin c’est dans la gorge, comme dirait Monica …







Circulez y-a rien à voir, c’est l’heure, on ferme …









Pour le joint de cucu, pas de remord, j’ai percé tous les trous possibles et j’ai également percé les petits avec le même diamètre.







Les vis de la culasse, avant et après nettoyage. Ici celle du côté échappement, on voit qu’avec la chaleur, ça cuit bien




Mise en place de la culasse





Pose du thermostat, avec le petit trou de secours qui va bien, on ne sait jamais.
De toute façon, tous les anciens faisaient cette perforation, donc, ça ne peut pas faire de mal …







Ensuite, réglage des linguets, une cale de 0.20 pour l’admission, une de 0.25 pour l’échappement.
Les cames doivent être en position avec la pointe en haut.







Comme j’ai le jeu de cale en mains, j’en profite pour vérifier l’écartement des vis platinée, une cale de 0.50, tout va bien, rien à faire, c’est pile poil le jeu existant.







Petite anecdote au sujet du remontage de la distribution. On ne repère jamais assez au démontage ou du moins on croit le faire comme il faut.
Les poulies d’arbre à came et de pompe à huile sont usinées de la même façon, c'est-à-dire que les clavettes sur l’axe sont identiques, donc, il y a un piège et je suis tombé dedans à pieds joints.
Faire et défaire c’est toujours travailler, donc j’ai interverti les deux, je m’en suis rendu compte en vérifiant mes images …








Ensuite, montage de l’alternateur, de la rampe d’admission et diverses bricoles …







La suite ce sera, restauration du compartiment moteur, grattage, traitement, apprêt, peinture et seulement après ce boulot, je renquille le berlingot et je le fais craquer.
Donc, un peu de taf en perspective avant de pouvoir vérifier si tout va bien sur ce moteur.
Bizarre d’ailleurs, j’ai plus de pièces après qu’avant, c’est grave, Docteur ???

On peut voir qu’il y a un peu de changement, mais il reste du job pour approprier le compartiment moteur.
Encore quelques litres d’huile de coude en perspective …



14 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 10:27

Sixtyfrogs

avatar




Donc, nous voici en juin, on s’approche de l’état actuel du camion …

Remontage de l’embrayage, disque neuf, tant qu’à faire, et puis on ne va pas démonter-remonter tous les jours, alors …

Avec un centreur tout rentre comme dans du beurre









Mise en place de la butée et du levier, c’est juste enfoncé avec un arrêt, genre clic-clac, surprenant !!!





On joue à papa-maman, et miracle, ça rentre …




On demande M. Pinto dans le hall des départs, embarquement immédiat, décollage dans trente secondes …







Atterrissage sans problème, mise en parking d’attente …




Au risque de ma faire bannir du site par les modos, j’ose tout de même passer une annonce, j’ai quelques pièces, peu servies, comme neuves ou presque, faire offre sérieuse, plaisantin, s’abstenir …






Allez, il fait très beau aujourd’hui, on va travailler dehors et passer à autre chose, un peu de coloriage, on va dire qu’on commence les cahiers de vacances, le but étant de ne pas dépasser …
Un petit coup d’apprêt, pour faire comme tout le monde.








Et une première couche de la teinte choisie, le but c’est de faire la déco du cam à l’inverse de Mirabielle, une de mes Anglia, (eh oui, elles ont toutes un petit nom) jaune en fond et un poil de vert …








Sur les images, le jaune fait un peu vert, mais c’est la photo, en réalité il est un peu plus chaud que le rendu montré.
Par contre, la teinte ne me convient pas vraiment, je vais faire reformuler le mélange pour qu’il soit vraiment à l’identique de l’Anglia.
Le seul souci, c’est qu’il faut que je découpe un morceau du toit pour l’emmener au coloriste, je n’avais pas prévu de faire ce travail et surtout, ça veut dire que Mirabielle n’est pas finie, parce que ressouder ce morceau, enduire et repeindre, ça va faire du boulot supplémentaire …



En gros, le projet devrait donner à peu près ce rendu :





Entre autres lectures pédagogiques, j’ai parcouru le post d’un amateur éclairé qui restaure une DS 19 (personne n’est parfait) et il y a quelques petites bricoles qui m’ont fortement intéressé.

Et, fort de son vécu, j’ai tenté de l’imiter …

Eh bien, ce n’est pas vraiment probant, comme quoi, ce qui est écrit n’est pas toujours transposable.
En fait, j’ai décidé de faire un bel intérieur à mon camion, le tableau de bord est toujours en gestation mais j’ai fais une expérience sur le bloc chauffage …

Pour ce faire, il faut mettre quelques roros dans le commerce, du côté des Grandbritons, c’est moins cher qu’en Gaulle (les taxes, mon pôvre Môssieur, les taxes !!!) et allez, on se lance.

Un coup d’apprêt derrière le dérouillage en règle, et vas-y mon kiki, on joue de la bombe …







Maintenant, un peu de patience, il faut laisser le temps au temps et les choses se faire toutes seules …
Environ trente minutes plus tard, la mayonnaise monte, doucement mais surement …









Cet effet est appelé peinture « vermiculée » ou « crackle paint » en rosbif dans le texte. Le rendu est plutôt satisfaisant, en tout cas il répond à mes attentes, je suis assez content du résultat.






Fort de cet essai transformé, je m’attaque au gros morceau, et là, c’est beaucoup moins probant, les surfaces plus grandes sont moins faciles à réaliser, il y a quelques zones et je ne sais pas trop si je vais laisser dans l’état ou recommencer.
Affaire à suivre …









Sur le cache culbuteur, ce n’est pas génial, quelques coulées, des zones et le souci, c’est qu’on ne peut pas faire de retouches, il ne faut pas se louper. Je vais le refaire en peinture normale car ce n’est vraiment pas réussi …






Aujourd’hui, c’est le deluge, alors on bosse au sec …

Une bricole parmi tant d’autre, aujourd’hui, j’ai refait une canalisation de frein.
Même avec ma super clé à tuyauter, j’ai quand même « foiré » un embout à l’avant du camion, vraiment impossible de faire autrement que de couper tout ça, l’empreinte du boulon étant complètement arrondie.
Un coup de scie à métaux plus tard, je ne vais pas me laisser emmerder par un morceau de tuyau, quand même.
Le kit de réparation était plutôt prévu pour Bubble, autre Anglia, celle qui est typée GR 5, qui n’a aucun circuit mais il va servir pour le camion en avant-première.

C’est vraiment d’une simplicité désarmante, même moi, j’y arrive.

Un coup de coupe tuyau pour avoir un morceau sain et bien rond et ensuite, suffit de suivre la mode d’emploi …

Le kit, complet avec une cintreuse pour faire du boulot propre :




Ensuite, on met le tuyau dans la fente adéquate, Lafritt, (c’est un pote qui nous lit) je sais, c’est tendancieux mais je ne vois pas comment expliquer autrement que par ce langage imagé que tout le monde peut comprendre, et le tour est joué. Comme en d’autres circonstances en effectuant la même figure, si vous entendez le métal geindre, c’est que vous vous y prenez mal, tout doit s’opérer dans la douceur, sans douleur aucune …




Le pointeau doit être placé bien au centre du trou et on laisse faire en serrant …
C’est magique, plus tu fais rentrer le pointeau, plus ça s’écarte …




Excusez la qualité des images mais il est de notoriété publique que ce genre d’agissements est souvent plus prisé dans l’obscurité …
Juste une précision, n’omettez pas de mettre en place l’embout avant de faire votre petite affaire car il ne faut pas oublier que vous avez déjà raccourci le tuyau, donc oubli = recoupe et encore quelques centimètres en moins et ça peu être important, la longueur dans ce cas est vitale à contrario des autres situations du même genre qui se gargarisent de ces mots souvent rapportés « mieux vaut une petite vigoureuse qu’une longue faignante », je répète, ici la longueur est prépondérante (compris, Lafritt ???)





Et voilà, comme neuf.
Pour Rémy dont je suis sur que la question brule les lèvres, j’ai fais ça à sec, sans lubrifier …





Cette fois, nous sommes début juillet, il fait très beau et donc, l’extérieur s’impose.

En attendant de jouer les Rembrandt, il faut déjà préparer la croute …

Donc, vu le temps qu’il fait, c’est le moment de travailler dehors, alors j’ai attaqué la partie la plus ingrate et fastidieuse, la préparation de la caisse.
C’est vraiment le plus chiant à faire, c’est long, ingrat et on a l’impression de ne pas voir qu’on avance …


Remarquez, avant le lavage, les traces du parcours chaotique de petites bêtes rampantes …







Il y a également un début de plantations sur le toit, il était temps de s’en occuper, encore un peu et ça devenait la savane, là-haut …




Juste un coup d’eau avec une éponge et la teinte revient, à peu près correcte, avec quelques matage dans le brillant à certains endroits.







Un peu de nettoyage des passages de roues, bizarrement, c’est relativement propre et très peu corrodé, un peu de poussière en moins, on aperçoit juste de la fleur de rouille. Plus à gauche qu’à droite, je ne m’explique pas pourquoi.









Ici, on peut admirer un truc pas banal, en fait c’est une sorte d’autocollant qui a été posé sur tout le pourtour du bas de caisse. Je peux vous assurer que c’est bien collé, impossible de l’enlever, de plus, il y a une espèce de crépi par là-dessus, ce qui fait un effet grainé, à vrai dire, ça semblait relativement propre et bien fait. Par contre, en attendant le tirage, il faut passer au grattage, car il y a un peu de choucroute bien planquée là-dessous.
















Je ne sais pas si je vous en ai parlé, mais il y a quelques temps, je cherchais des portes, ce n’était pas qu’un doux euphémisme, je pense que je vais changer celle-ci, non ????
Vous en pensez-quoi, je peux essayer de la refourguer sur Lebonbébé, non ??? Pour un bon bricoleur …





A ce moment-là, j’ai joué la fée du logis, et je me suis couché sous le camion pour nettoyer le châssis, et bien je ne ferais pas ça tous les jours, c’est chiant au possible, bon d’accord on voit où on passe mais qu’est-ce que c’est long.

En une journée, j’ai fait un quart du boulot, je crois que je vais mourir de soif, entre le grattage et la poussière que ça dégage, c’est terrible.
Enfin, il faut le faire, mais j’ai encore quelques heures à passer dessous …











Par contre, la surprise plutôt agréable c’est que le dessous du camion est relativement sain, juste un peu de fleur de rouille, pas de perforation.
La prochaine étape, une fois le grand nettoyage terminé, une couche de convertisseur de rouille et une peinture à châssis pour le mettre hors d’atteinte des agressions.


15 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 10:34

Sixtyfrogs

avatar


Nous sommes le 12 juillet, et à partir d’aujourd’hui et jusqu’à dimanche, je fais le pont …

Elle était facile, celle-là !!!

En fait, j’ai un pont d’avance, avec roulements et freins neufs, donc, je le prépare avant de l’intervertir avec celui qui est sur le fourgon.




Le démontage des tambours ne présente aucune difficulté, on voit bien que cette opération a eu lieu il y a peu de temps, tout est facile et l’intérieur est bien propre …










Mâchoires récentes et récepteur neuf, tout baigne …







Un bon coup de gratt-gratt, l’intérieur est propre, par contre à l’extérieur, il faut un bon nettoyage …








Le rapport de pont semble être : 5.14





Le temps passe vite, les congés du pont sont quasiment terminés, le pont aussi d’ailleurs …
Fin du grattage et passage d’un convertisseur de rouille, comme neuf …
Pour les puristes, une information importante, je n’ai pas ouvert ce pont, mais le vendeur que je connais et en qui j’ai toute confiance ne rencontrait aucun souci avec, il roulait encore il y a peu de temps sur un Transit plateau, sans aucun bruit ni aucune fuite.
Alors comme je suis plutôt partisan du moindre effort, je ne vais pas travailler pour rien.
En réalité, je n’ai surtout vraiment pas envie de me prendre la tête avec le réglage de la précontrainte du roulement avec le peson et tout le tralala.
A ce jour, il ne fuit pas, je ne vais pas faire de zèle, hein ???








Par contre, j’ai la vague impression d’avoir détecté une bizarrerie sur le pont qui est en place.
J’ai une cale d’abaissement d’un côté et pas de l’autre, alors je sais que les spécialistes ici sont plutôt berline et coach, mais qui saura me dire si c’est normal ou s’il faut que je remette tout ça d’équerre au remontage ???
Je n’ai rien trouvé sur la question dans mes manuels …
Sur les Anglia, cette modification est très courante, sur les Escort, Cortina et Capri également, par contre sur le Transit, ça me parait un peu troublant, je ne vois pas trop l’intérêt de rabaisser l’arrière, même si les 100 CV et le pont court de la bête vont le faire devenir l’utilitaire le plus rapide entre les feux verts du quartier …

A gauche, une cale :




Et à droite, il n’y en a pas …




Pour ce problème de cale, je verrai ça au remontage, mais je pense que je l’enlèverai. Une des hypothèses émise par des copains étant que cette cale servirait à corriger l’assiette du fourgon par rapport aux équipements qui sont de ce côté, évier, plaque, etc., ce qui me semble un peu tiré par les cheveux !!!

D’une part, l’équipement intérieur qui est de ce côté va disparaitre, de toute façon il n’était pas bien lourd et d’autre part mon poids de forme se situant autour de 70 kg, je ne pense pas que ça fera beaucoup pencher la balance …
Et puis si c’est vraiment gênant, je la jouerai à l’ancienne, comme sur les Dauphine, un bon vieux sac de sable …


Suite de l’opération esthétique sur le pont.
Un bon coup d’apprêt et une mise en couleur.
Comme d’hab, la Pat’ touch va encore faire jaser dans les banlieues lyonnaises mais tant pis …











J’aime bien ces images du genre, avant-après.
Il existe un produit chez Restom qui vieillit les aciers pour faire plus ancien, quoi.
Ça donne ça, à gauche avant, à droite, après …






Bon, allez, j’déconnnnnnnn, vous avez remarqué, après un bon coup de brosse, ça a tout de suite une autre gueule …




Et avec la couche de peinture, c’est encore mieux …





Ce pont terminé va venir se substituer à celui qui est en place sur le fourgon, un simple échange standard, donc voilà la raison pour laquelle je n’ai pas remonté la roue à l’arrière droit, Rémy, simplement pour ne pas avoir à la redémonter une nième fois !!!
J’ai ce qui s’appelle du sens pratique, non ???


Il faut que je mette Franck sur la piste car je ne trouve rien de similaire dans mes catalogues, cette dérivation de circuit est fixée sur le pont, le flexible est serti dans la pièce.
A voir, comme ça, il est un peu oxydé mais un coup de propre et il serait comme neuf …





Oui, sauf que …
Au démontage, je suppose que la patience du mécano a du trouver ses limites et résultat …
C’est rapide et radical, sauf que c’est beaucoup moins bien pour ceux qui arrivent après …




Autant de Transit autant de versions différentes, le système qui est en place sur le fourgon n’est pas du tout fait pareil et de plus il n’est pas au même endroit. Soit je trouve cette pièce, soit il faudra bidouiller.
La solution simple étant de trouver un T banal, tant pis, le camion ne sera plus en état concours, mais au moins, il y aura du frein !!!

Et voilà, c’est tout pour l’instant, le camion est dans cet état d’avancement à ce jour. Je continue de restaurer le dessous et un peu de bouche trous sur la carrosserie.
Dans quelques temps, je devrais avoir ma nouvelle couleur, je pourrai peindre le compartiment moteur et à partir de là, peinture sèche, je réinstallerai la mécanique.
Mes étriers de freins ne devraient pas tarder eux non plus, ils sont à la réfection chez Franck.

16 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 10:36

Sixtyfrogs

avatar


Je ne sais pas chez vous, mais ici, en Lorraine, le 31 juillet, c’est la canicule, enfin presque, disons que pour un jour de Toussaint, il ne fait pas trop mauvais.
Cette super météo inspire plus à bosser dedans que sous le camion.

Donc, remontage du train avant.


Remontage du support d’étrier, graissage de la fusée





Pose du moyeu avec le disque





Mise en place de la rondelle d’arrêt et écrou





Pose du frein d’écrou et goupillage





Remontage de la barre de direction






Repose de la lame de ressort et silentbloc.
Il n’y a qu’une lame à l’avant, normalement il devrait en avoir deux, c’est le montage normal pour un fourgon à roues jumelées.
Ça doit suffire, le camion est arrivé comme ça, on ne va pas tout révolutionner …










Stockage en vue des jours meilleurs…



Pour ce qui est de la couleur des jantes, pas d’inquiétude, elles ne resteront pas rouges, je les ai récupérées comme ça …

C’est pas tout ça, j’y retourne, va pas se nettoyer tout seul le reste du châssis !!!


17 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 10:38

Sixtyfrogs

avatar


Hier, il faisait très beau, donc, on se cale sous le fourgon et démontage du bidon pour pouvoir finir le nettoyage du châssis.





Je confirme, mon camion est bien un fourgon et pas un plateau benne



Il a peut-être servi à véhiculer le Petit Poucet …
Bon, y-a du turbin, c’est pas vraiment nickel tout ça …




Il faut dégrossir à la spatule, c’est toujours ça qu’on ne prend pas dans les yeux avec la brosse rotative …








Et après l’effort, le réconfort, une couche de convertisseur de rouille avant peinture …





18 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 10:40

Sixtyfrogs

avatar



Quelques avantages à tout démonter ou presque.
Juste sur ce réservoir, deux choses importantes m’auraient échappé si je l’avais laissé en place.
La première, c’est que la masse de l’émetteur de jauge n’était pas branchée et surement depuis un bout de temps au vu de l’oxydation de la cosse. Et comme toute cette partie n’est pas accessible sans démonter j’aurais surement cherché longtemps avant de trouver le pourquoi du comment.




La seconde, hormis qu’au niveau gain de poids et allègement maximum, j’ai du gagner trois kilos, le fait d’enlever tout ces graviers m’a permis de découvrir un truc qui aurait pu s’aggraver.
Un des cailloux, plus gros que les autres s’était coincé et, mine de rien, avait commencé à faire un beau creux sur le haut du réservoir.
Je ne suis pas certain que ça aurait été beaucoup plus loin, mais j’estime qu’il était temps car avec la rouille, je ne suis pas sur que je n’aurais pas eu un trou. Bon, ça ferait une mise à l’air de réservoir, mais, pas vraiment d’origine …





19 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 10:44

Sixtyfrogs

avatar


Après avoir vidé quelques cubis de rosé, il faut reprendre le boulot, pas grand-chose de neuf, juste la suite du grattage du châssis et ce n’est pas fini, à peine le tiers qui est propre, c’est vraiment chiant, mais maintenant que j’ai commencé, il faut finir …

Le pont est par terre, ça fait de la place pour le tampon jex …
Pas facile de bouger un pont dans l’herbe et surtout, tout seul, la vache, qu’est-ce que c’est lourd !!!
Pas simple à déplacer ce monstre, surtout sur ce sol plutôt meuble !!!







J’ai donc levé l’engin pour y replacer les roues, ça facilite le transport …








Et ensuite, on lève, on lève pour le faire passer tête en bas pour enlever les lames …



Et hop, un tour, comme à la fête foraine …



Pour info, il manque toujours 2 sous pour faire 20 ronds, la deuxième lame n’est pas démontée, il me faut une clé à pipe de 24 ouverte pour l’enlever et je n’en ai pas …
C’est le côté où il n’y a pas la fichue cale, alors les étriers sont boulonnés plus à fond et ma clé normale ne passe pas …




Le camion est sur ses échasses, c’est plus facile, je n’arrive pas vraiment à me mettre debout dessous, mais presque assis …



J’aurais bien sur préféré pouvoir me servir d’un tourne broche comme celui-ci, mais ça ne sert qu’une fois et après, ça prend de la place …






De toute façon, je ne vais pas y passer ma vie, là-dessous, une fois que le châssis est traité et peint, je remonte les trains roulants et ensuite seulement moteur-boîte, quand il sera sur roues.
Et mine de rien, le fait de pouvoir se glisser dessous m’a permis de travailler quand même ce week-end, au sec, malgré les trombes d’eau qui descendaient du ciel …

Je ne dis pas, si à l’avenir je craque sur d’autres Transit, peut-être que …

Tout ça pour repartir dans le brossage, grattage, lustrage, je me demande quand j’en verrai le bout de ce nettoyage …





Perspective du dessous, impressionnant, non ???




Un petit détail, le pont est muni d’une sortie de mise à l’air, pour la chaleur de l’huile, peut-être ???
Bonne nouvelle, pas besoin de changer le T de frein, celui-ci va aller sur l’autre pont …





Il faut que je trouve le silentbloc qui va ici, c’est assez limite comme système, les lames sont posées sur le caoutchouc et elles glissent dessus, de ce côté, elles ne sont pas solidaires du châssis, justes posées …



D’un autre côté, je ne suis pas sur de faire cette dépense, il est encore tout bon ce bout de plastique, je ne suis pas convaincu qu’en le changeant ça améliore beaucoup, le souci c’est que je n’en ai qu’un …



Bon, allez, au diable l’avarice, on va y passer tout de même, pas la peine de faire des économies de bout de chandelles, hein, Franck ???

En fait, le principe de cette suspension arrière est extrêmement simple, voire simpliste.

Sur un non-jumelées, les lames sont solidaires du châssis par leurs deux extrémités, le tout monté avec des silentblocs, comme celles de l’avant d’ailleurs.
Sur les roues jumelées, du moins certains modèles, les lames arrière sont accrochées au châssis par leur extrémité avant et restent libres dans leur extrémité arrière, le mouvement se fait seulement par glissement, les lames coulissent sur une pièce qui est boulonnée sur le longeron.

Fixation de l’extrémité avant des lames arrière et silentbloc :







Fixation de l’extrémité arrière des lames à gauche, ce qui me reste du silentbloc :





La fixation à droite, il ne reste que l’axe :




Le principe, les lames coulissent sur la pièce flèche blanche, mouvement flèche rouge, silentbloc flèche bleue.
Sur cette image, le camion est posé sur ses roues, les lames soutiennent le châssis et ne touchent pas le silentbloc
La longueur des lames les empêchent de sortir de leur logement.
Je n’ai pas les images, mais quand les roues sont enlevées et que les lames sont totalement détendues, elles reposent sur le silentbloc.



Sur le manuel d’atelier, le silentbloc est décrit comme un anti rebond du train arrière en charge …



On continue la mise au propre de ce qui est par terre …



En fait, j’ai retrouvé mon bout de silentbloc, bien collé sur la lame, peut-être qu’avec de la bonne colle ???



Autre info, les inter-lames sont en plastique dur, thermoformé, la classe …




Week-end du 15 août dans les Vosges, 10 mn de soleil sur 3 jours, super !!!

Aujourd’hui, congés, alors on se vautre sous le camion et j’ai fini le nettoyage ainsi que la couche d’antirouille, même une partie du dessous repeint avec du noir à châssis, je suis déglingué, travailler les bras en l’air ce n’est pas terrible et bien entendu j’ai des goutes de noir partout sur la tronche, une douche au diluant et il n’y paraitra plus …








Sinon, j’ai démonté les supports de lames arrière pour les gratter, à noter que ces pièces sont rouges à l’origine … :





Et nettoyage de ce qui est démonté en attendant de trouver la clé de 24 qui va bien …





20 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 10:49

Sixtyfrogs

avatar


Pas de grosses évolutions sur le Transit ce week-end, juste un coup de pinceau sur le réservoir et quelques autres petites pièces, pas de photos non plus pour cause d’APN grillé !!!

Par contre un petit tour sur koouaincoin et hop, deux magnifiques fauteuils bien douillets qui vont bientôt prendre place.
Provenance de Mondéo, bon, d’accord, l’airbag n’est pas vraiment contemporain mais ce n’est pas grave …

Restera à faire l’adaptation avec des glissières à trouver, on verra quand je les aurai à disposition.
Ces sièges étaient installés dans un CC Ducato de 1983.
Retour aux sources dans un Ford, ce n’est que justice.
Je ne sais pas s’ils sont dans cet état exact mais à première vue, ils semblent quasiment neufs !!!










Début septembre …

J’ai un nouvel APN alors je peux reprendre le cours de la restauration …

Bon, d’accord, ça fait longtemps que je ne suis pas passé par là et les squatters ont pris possession des lieux …




Voilà où en est le châssis à ce jour, tout n’est pas encore peint mais il n’en manque plus beaucoup








Le problème quand on démonte, c’est qu’il faut de la place, il y en a partout, va pas falloir se planter et retrouver tout sinon ça fera désordre …

Dans le camion :


Devant le camion :



Dans l’atelier, là, c’est quasiment plein.
C’est rigolo comme ça prend beaucoup moins de place quand ce n’est pas en vrac mais bien à sa place, monté sur le fourgon …



Sinon, Paul, un copain qui devrait m’aider pour la tôlerie, est venu constater l’étendue de dégâts, bizarre, depuis j’ai plus de nouvelle !!!







Fin septembre, retour des vacances en Grèce, super temps très chaud, mais c’est pas tout ça, il faut se replonger sous le cam …
Je reprends donc le boulot sur le fourgon où je l’avais laissé avant d’aller chez les Hellènes, un léger ponçage de la première couche de jaune qui n’était pas à mon gout et on y va pour une nouvelle teinte …

J’avais hésité au moment du choix entre le RAL 1023 et le 1028, et j’avais opté pour le 1023, pas de chance, perdu, c’est bien au 1028 que correspond Mirabielle, donc banco, on y va avec cette teinte …

Il n’y a quasiment pas d’écart entre les deux :




Voilà ce que ça donne :



Avant – après :



A partir de maintenant, je vais pouvoir commencer à remonter quelques bricoles …

Préparation du colis à mettre au transporteur …



Un timbre sur l’enveloppe et hop, c’est parti …



La destination n’est pas très lointaine et le colis est arrivé assez rapidement …



On va essayer de mettre papa dans maman, ça devrait le faire …



Remarquez que cette position assez sportive n’est pas décrite dans le kamasoutra …



Si on suit la phrase précédente, cette image risque de faire partir ce sujet en sucette, donc pour ceux qui suivent, ce plastique sert uniquement à protéger la peinture fraiche et le bout de la boite, rien d’autre …



Ça rentre comme un pavé dans la gueule d’un flic …





Ne pas oublier de soulager la boite avec le cric roulant qui la fait reculer dans l’axe …



Et voilà, c’est en place, pas très difficile, hein ???




Et là, je ne sais pas quelle pique me mouche, je me dis que ce serait mieux de mettre le cache culbuteur, pour éviter que des squatters élisent domicile sur l’arbre à came …
Enfer et damnation, c’est quoi cette m***e, il ne veut pas rentrer, de tous les côtés, rien à faire, ça ne passe pas !!!
Je ne sais pas si c’est le fait d’avoir monté la boite 5 et donc d’avoir transformés les supports moteur, mais il n’y a vraiment pas la place …
Il me reste à retomber le moulin pour mettre en place ce maudit cache …



Version définitive, par contre, je me demande comment je vais faire pour régler les culbuteurs si j’ai besoin de le faire à l’avenir …



Tout est fixé, moteur et boite, c’est tant mieux parce que je ne ferais pas ça tout les jours.
Bosser tout seul a un avantage, c’est qu’on suit son propre rythme, par contre, quelquefois, ce ne serait pas du luxe d’avoir un aide, ne serait-ce que pour crier dessus et ainsi passer sa colère …



Remontage de quelques périphériques et basta pour aujourd’hui, à chaque jour suffit sa peine …
Je suis moulu !!!



Mise en place des joints d’échappement neuf …



Et pose du 4-2-1 …



Et voilà le travail, après une journée riche en émotions, jurons divers et autres galères …
Mais bon, ça me plait, alors, c’est bien le principal !!!





Alors pour aujourd’hui, même combat qu’hier, remontage du train avant, simple et sans souci.

Les manques de traitement du châssis à certains endroits, c’est simplement parce que les chandelles cachaient ces coins que je vais traiter bien sur …













Sinon quelques bricoles sur le faisceau électrique qui ne méritent pas vraiment d’en faire toute une histoire, quelques changements de cosses et de fils pour faire un truc plus discret et en attendant de nouvelles gaines que j’attends.
Demain, peut-être le remontage du pont …

Comme prévu, aujourd’hui, le gros morceau à remettre en place, quand je dis gros morceau c’est que c’est plus chiant que le moteur qui est lourd mais qu’on peu lever avec la chèvre, je veux parler du pont qui ne se manie pas très facilement …

On commence par remonter les lames sur le châssis :





Et c’est le voyage de tous les risques …






Quand je dis de tous les risques, je pèse mes mots !!!

V’la t’y pas que sur le chemin, une cacahuète trouve le moyen de traverser en même temps que moi et patatras, tout par terre !!!
Et encore, je m’en tire plutôt bien, cinquante centimètres de plus et le pont se retrouvait au fond du jardin, car c’est pas mal en pente à cet endroit.

En tout cas, c’est la dernière fois que je me mets sur ce genre de sol pour bricoler, en plus d’être meuble, c’est plein de creux et bosses ce qui n’arrange rien pour les roues du transpalette …






A ma décharge, j’ai répondu à un coup de fil important et après avoir papoté, j’ai complètement oublié de sangler le chargement …
Tant bien que mal, je continue la route …



Ensuite c’est système D, pour mettre en place la bête, je peux vous assurer que c’est lourd, encombrant qu’il n’y a pas de prise et que pour bouger un peu ce truc quand on est à genoux et qu’il faut soulever avec les bras et glisser les roulettes avec les jambes …
J’te dis pas les positions et surtout le dos, je suis moulu à cette heure.
Heureusement que je retravaille lundi que je puisse me remettre !!!






Un cric rouleur de chaque côté et le pont prend sa place sur l’ergot des lames, pose des étriers et serrage, ouf, journée bien remplie, je vous l’assure !!!











Demain, je fais les retouches de peinture parce que dans la bagarre, il y a pas mal d’écorchures !!!

Juste un petit coup d’apprêt sur les passages de roue en attendant de les colorier dans ce beau jaune qui me plait de plus en plus, même ma femme, pour qui ce camion ne représente pas grand-chose, m’a dit qu’elle trouvait cette teinte assez jolie !!!









Voili-voilou, le camion est dans cet état à ce jour samedi, j’avais prévu un voile de jaune sur les passages de roues mais vu les cordes qui descendent, j’attendrai un peu, du coup, ponçage et préparation de la calandre mais à l’intérieur, au chaud et au sec !!!


21 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 11:05

Sixtyfrogs

avatar

J’ai trouvé des portes arrière, enfin.

Elles ne sont pas vraiment neuves mais en meilleur état tout de même que celles qui sont montées actuellement.
Et les trous à boucher seront beaucoup plus faciles à obturer que la dentelle calaisienne qui festonne en bas des miennes …









Egalement dans le cadre d’une étanchéité accrue, Franck m’a fait parvenir un caoutchouc de pare brise tout neuf.
Pas que je tienne vraiment à le changer mais c’est surtout pour faire taire les mauvaises langues qui avaient laissé entendre que je n’enlèverais même pas les vitres pour repeindre le camion. Voilà de quelle manière élégante on fait taire une rumeur naissante sur le manque de sérieux d’une restauration exemplaire qui peut même faire cas d’école et prouver s’il était nécessaire que celui qui refait ce camion a pour principale qualité, l’humilité …








Je ne peux pas résister, je viens d’ouvrir les paquets qui étaient sous le sapin, normalement j’aurais du attendre minuit mais non, vraiment, il faut que je regarde tout ça …

Pour commencer, deux coffrets, un de cosses diverses qui vont permettre de refaire quelques connections un peu douteuses et l’autre de passe-fils de différents diamètres pour finaliser le compartiment moteur …








D’autre part, quelques mètres de gaine pour un passage propre du faisceau, y faut ce qu’y faut, non ???











Et le meilleur pour la fin bien sur, les étriers …
Super boulot, merci Franck, ce sont maintenant des pièces neuves que j’ai entre les mains, à tel point que j’hésite à la remonter, faut que j’en cause à ma femme mais je crois bien que ça pourrait faire plutôt joli sur la table de salon …










Un peu de travaux manuels aujourd’hui, petit rappel de la maternelle …
En fait c’est pas si loin et c’est comme le vélo, ça revient tout de suite.

On commence par tracer le gabarit sur une plaque de plastique de la bonne épaisseur, dans le cas, deux millimètres et c’est parti !!!




Vérification que le diamètre est bon et avec l’outil qui va bien, c’est parti pour le découpage …
Bien entendu tout ça doit se faire en sifflotant « le poinçonneur des lilas » sinon y-a pas l’ambiance …






Des p’tits trous, toujours des p’tits trous !!!




Après cet intermède musico-percing, découpe de la plaque au format définitif à la scie sauteuse, Lafritt, pas de commentaires, ce serait déplacé …
Et essai dans le tableau, on dirait que c’est de l’origine, tout rentre impeccablement …






Reste plus qu’à positionner les manos.
Encore un vaste sujet qui va faire jaser du côté de Fourvières, le choix de ces instruments ne fait pas vraiment dans la marque ovale mais plutôt à l’Est du rideau de fer, j’ai opté pour des compteurs issus d’un tableau de Lada Niva.
C’est le côté exotique de la chose qui a guidé mon choix …

Et voilà le travail :








Reste à peaufiner tout ça en ajoutant quelques voyants, interrupteurs, manette de remise à zéro du tachi partiel et finir avec un voile de peinture …
Je suis assez content du résultat.

Pour info, après avoir fait un plan précis hier, j’ai attaqué ce tableau ce matin à 9 h et le résultat visible sur ces images était terminé à 11, rapide, efficace et joli, enfin, à mon goût.



Comme j’avais quelques minutes à tuer, j’ai finalisé mon tableau de bord.
Nouvelle disposition des compteurs du bas car ils touchaient la tôle sur le côté.

Nouvelle plaque à percer et roule ma poule …



Comme c’est déjà le deuxième que je fais, ça va assez vite …



Petit test, en place, tout va bien, plus rien n’empêche ce montage.



Voici le bébé avec le volant en place, pas de souci de lisibilité.



Version définitive en place








22 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 11:07

Sixtyfrogs

avatar




Avis de tempête sur quelques départements ce dimanche matin dont une courte tornade dans un couloir réduit …
Pas de victime mais des dégâts matériels assez importants, les autorités ne ménagent pas leur peine pour dégager les éléments détruits …
















23 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 11:09

Sixtyfrogs

avatar


Qui c’est ???

C’est l’plombier !!!

Qui c’est ???

C’est l’plombier !!!

Aujourd’hui, Paul est venu commencer la tôlerie sur le camion …

Il est venu avec son nouveau rasoir électrique, assez efficace du reste …



Et vous ne le savez peut-être pas mais Paul est sculpteur …
Sculpteur sur tôle bien sur, admirer le coup de burin de l’artiste au travail …




Qui a dit bouche trou ???
C’est juste un peu de mousse pour atténuer le bruit …






Découpe de la tôle malade …






Découpe des rustines avec beaucoup d’attention, appréciez la technique …




Quelques ponts de soudure, c’est du super travail !!!
Merci Paul !!!

24 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 11:11

Sixtyfrogs

avatar



Sinon, dans la série surprises sur prise, je viens de vérifier à mes dépends que ce qui se dit au sujet des MK1 et MK2 n’est qu’une légende, un conte pour enfants ou au pire, un attrape gogos …

Les pièces que l’on pourrait penser interchangeables ne le sont en fait pas du tout …

En voulant intervertir la porte latérale avec une autre en bien meilleur état, pas moyen de la faire rentrer, il ne manque pas grand-chose mais en fait les ferrures ne sont pas au même endroit !!!
Sur le coup, j’ai cru que Paul me faisait de l’humour, comme je ne pouvais pas voir, je croyais qu’il déconnait, et bien non, ça passe pas …
En réalité la ferrure du haut est 1,5 cm plus basse sur le MK2 que sur le MK1, c’est ballot, hein !!!!






J’espère que je ne vais pas avoir la même surprise avec les portes arrière, je ne les ai pas encore mises en place …

25 Re: Porky, attelage racing le Ven 2 Nov - 11:12

Sixtyfrogs

avatar


Dans la série, « L’artiste au boulot », voici l’épisode deux.

Toujours sur le marchepied passager, aujourd’hui, ce sont les finitions de soudure …








Ensuite, on passe en face, là c’est autre chose, le marchepied ça va à peu près, par contre le plancher et le montant de porte, c’est pas très joli …










Là, c’est le roi de la rustine dans ses œuvres …




Ici, ça va finir à la fibre parce que dès qu’il avance en soudant, il perce, on va pas y passer la nuit, c’est assez bien pour les gens que c’est …




Pendant ce temps-là, comme je ne suis d’aucune utilité à Paul, j’en profite pour remettre un peu d’ordre sous le camion, j’ai plein de bricoles qui trainent dans le garage alors je vais les remettre en place pour que ça fasse un peu moins désordre …

Je commence par l’arbre, bien entendu je l’ai redémonté car il y a une procédure, il faut déjà le mettre en bout de boite, ensuite le fixer au pont et seulement après remettre le support d’axe central.










Le réservoir est également de nouveau à sa place …
Le frein à main remonté et restera à le régler, ne surtout pas oublier la petite entretoise, sinon le câble est compressé dans son guide et il se coupe …







Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum